Le plant français de pomme de terre FNPPPT Gnis

Mildiou

Phytophtora infestans
(Late blight)

Agent responsable et transmission

Le mildiou de la pomme de terre est provoqué par un champignon Phytophtora infestans appartenant à la classe des Phycomycètes, famille des Pythiacées.
Les facteurs favorables au mildiou sont notamment des températures de l'ordre de 17-20 °C, une forte humidité et une végétation dense.

Description des symptômes en végétation

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

On observe sur le feuillage l'apparition de petites taches décolorées qui brunissent et sont entourées d'un halo jaune sur la face supérieure des feuilles.

A la face inférieure, en conditions humides, les fructifications du champignon (conidiophores et conidies) apparaissent sur le pourtour des taches et donnent un feutrage blanc caractéristique. La multiplication du nombre de taches, leur extension puis leur dessèchement peut conduire rapidement à la destruction du feuillage.

Sur les tiges et les bouquets terminaux, des taches brunes, parfois nécrotiques, sont souvent observées, porteuses aussi de fructifications, par temps humide.

 Description des symptômes sur tubercules

Extérieurement, les tubercules atteints présentent des taches aux contours mal défini, de couleur brune ou gris bleuâtre qui peuvent être un peu déprimées.
Une coupe du tubercule montre des zones marbrées de couleur rouille en surface qui peuvent s'étendre vers le centre du tubercule.
D'autres pathogènes peuvent ensuite se développer et provoquer des pourritures humides si la récolte est mal séchée.

 

Lutte

Dans tous les cas, la lutte doit être préventive : utilisation de plants sains, destruction des tas de déchets, bon buttage et protection fongicide assurée jusqu'au défanage.

Il existe de nombreux produits efficaces contre le mildiou : produits à base de cuivre (risque de phytotoxicité), fongicides de contact (manèbe, mancozèbe, fluazinam...), fongicides pénétrants (cymoxanil), diffusants (dimétomorph, propamocarbe) ou systémiques (métalaxyl, oxadyxil).

L'application des produits doit être raisonnée en fonction du type de risque épidémique (avertissements), du risque de résistance à certains fongicides et de la sensibilité variétale.

<< Retour à la liste des maladies