Le plant français de pomme de terre FNPPPT Gnis

Jambe noire et pourriture molle

Erwinia carotovora subsp. atroseptica) et
Erwinia carotovora subsp. atroseptica et subsp. carotovora,
Erwinia chrysanthemi
(Blackleg = Soft Rot)

Agent responsable et transmission

Dans les zones tempérées, la manifestation de la maladie de la jambe noire est causée par la bactérie Erwinia carotovora subsp. atroseptica, dont le développement est favorisé par un climat frais et humide.

Dans les zones tropicales et subtropicales, la jambe noire peut aussi être provoquée par les bactéries Erwinia carotovora subsp. carotovora et Erwinia chrysanthemi.

Le développement de la pourriture molle des tubercules est dû aux bactéries Erwinia carotovora susp. carotovora et subsp. atroseptica.
Les tubercules semblent assurer l'essentiel des contaminations mais le développement de la maladie dépend largement des facteurs climatiques.

Description des symptômes en végétation

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

Les attaques précoces du parasite peuvent faire pourrir les tubercules-mères et provoquer des manques à la levée.

Le symptôme le plus typique est l'apparition du phénomène de jambe noire c'est-à-dire une pourriture noire plus ou moins humide de la base des tiges (et parfois des racines), due au développement bactérien. Les tissus se ramollissent et la mauvaise alimentation en eau de la plante peut entraîner un flétrissement du feuillage, ainsi qu'un jaunissement et un enroulement des feuilles qui rend très nets les symptômes sur les plantes fortement touchées. Les conditions humides et fraîches favorisent la bactérie mais les symptômes s'expriment souvent mieux après un déficit hydrique.

Erwinia chrysanthemi provoque en conditions plus chaudes un flétrissement et une pourriture brune à noire de l'intérieur des tiges.

   

 

Description des symptômes sur tubercules

Les symptômes sur tubercules se caractérisent par des pourritures molles internes démarrant souvent du stolon. La bactérie dégrade les tissus du tubercule qui deviennent spongieux et la pourriture, d'abord de couleur claire, brunit ensuite (photo de gauche ci-dessous). D'autres organismes saprophytes se surajoutent rapidement et entraînent la formation d'odeurs nauséabondes et de mucosités.

Lors d'excès d'eau en terre ou en stockage, on peut observer des pourritures lenticellaires (photo de droite ci-dessous).

 

Lutte

  • Éliminer en végétation l'ensemble des plantes présentant
    des symptômes (épurations),
  • Éviter des fumures azotées excessives ainsi que des irrigations trop importantes,
  • Limiter les blessures de tubercules lors des manipulations car elles constituent des portes d'entrée pour les bactéries,
  • Éviter les excès d'humidité en séchant dès la récolte et en conservant en conditions aérées et sèches à basse température,
  • Proscrire le trempage et la coupe des plants. Bien sécher après les traitements contre la fusariose et le rhizoctone.

<< Retour à la liste des maladies