Le plant français de pomme de terre FNPPPT Gnis

Désordres physiologiques

(Physiological Disorders)

Divers désordres physiologiques, dont l'origine n'est pas parasitaire, peuvent être provoqués par les conditions d'environnement et de nutrition. Ils sont parfois associés à la présence d'agents pathogènes intervenant dans un deuxième temps, si les conditions sont favorables.

Boulage (Prematur tuber formation)

Formation de tubercules fils à partir d'un tubercule mère sans développement foliaire. Le boulage résulte d'une mauvaise conservation ou d'une conservation trop longue. La plantation à température basse ou l'égermage répété favorisent ce phénomène, lié aussi à la sensibilité variétale à l'incubation.

Enroulement des germes (Coiled sprouts)

Lors de plantation de tubercules fortement germés dans un sol froid, ce qui est notamment le cas en primeur, on observe parfois une non-émergence ou des retards à la levée dus à une croissance anormale des germes (en anneaux notamment). Ces conditions favorisent les attaques de rhizoctone sur les germes.

Repousses, diabolos, crevasses, vitrosité (second growth, tuber cracks, glassy tubers)

Le terme de repousse s'applique à des conditions de culture alternant une période de culture chaude et sèche pendant laquelle la croissance des tubercules est bloquée suivie d'un temps frais et humide (pluie ou irrigation) favorable à la croissance rapide des plantes.

Des déformations de tubercules se produisent alors lors du redémarrage de la croissance : tubercules difformes, en diabolos, excroissances, fissures ou fentes de croissance…

Dans les cas les plus sévères, l'amidon des tissus les plus anciens peut se transformer en sucres réducteurs donnant à la chair un aspect translucide, vitreux, se liquéfiant parfois et rendant les tubercules impropres à la consommation.

Dégâts dus au gel ou au froid (freezing or chilling injury)

• Sur la végétation : Symptômes de brûlure, les feuilles se fanent. Les plus atteintes sont généralement les feuilles supérieures et celles situées sur la périphérie. La plante repart des parties non touchées.

• Sur tubercule : Les symptômes apparaissent lors du réchauffement après le gel. Le tubercule devient mou sur la partie gelée. L'intérieur se liquéfie et noircit. Dans le cas de gel partiel, on observe des taches grises à noires et irrégulières dans la chair mais plutôt en périphérie du tubercule.
Les dégâts peuvent également avoir lieu lors d'un stockage à basse température (voisine de 0 °C) pendant une période relativement longue. Dans ce cas, il peut y avoir blocage de la germination et/ou des marquages sur le tubercule (nécrose et parfois enfoncements de la peau).
Des nécroses de la peau peuvent apparaître lors d'une mise en stockage brutale à basse température sur des variétés à peau fine.

Dégâts dus à la chaleur (sunscald)

Les tubercules exposés pendant plusieurs heures, au champ ou ultérieurement, au soleil et à une forte température prennent un « coup de chaud » et les tubercules présentent un aspect métallique, avec un brunissement des tissus sous-jacents. Les tissus superficiels sèchent et ces tubercules se conservent mal.

Les fortes chaleurs peuvent aussi provoquer le cœur noir et la filosité des germes.

Dégâts dus à l'excès d'eau (lenticellose) (enlarged lenticels)

Des conditions de forte humidité du sol pendant plusieurs jours favorisent un agrandissement des lenticelles sur les tubercules, qui déprécie l'aspect de la récolte et favorise la pénétration d'agents de pourriture.

Taches de rouille (Internal rust spot)

En coupe, la chair du tubercule est ponctuée de taches ou points de couleur « marron-rouille ». La maladie peut être confondue avec le mildiou ou avec le virus du rattle.

Contrairement au mildiou, l'extérieur du tubercule ne présente aucun symptôme, et les taches ne communiquent pas avec l'épiderme.

Le phénomène est lié à une sensibilité variétale, conjuguée aux conditions climatiques.

Cœur brun et cœur creux (Brown center and Hollow heart)

Ces deux problèmes physiologiques internes au tubercule semblent assez liés car le cœur creux est précédé du cœur brun chez certaines variétés, comme Russet burbank. ou BF.15. Les facteurs impliqués seraient des basses températures après l'initiation de la tubérisation (

Le cœur brun débute par une tache nécrotique marron au centre du tubercule qui peut s'agrandir et présenter aussi une fissure.

Dans le cas du cœur creux, une cavité longitudinale, plus ou moins grande, se forme au centre des tubercules les plus gros, avec parfois une forme en croix. Les parois de cette cavité brunissent et un liège cicatriciel se forme. Le cœur creux est un phénomène variétal lié aux conditions climatiques favorables au grossissement rapide des tubercules (forte alimentation en eau et en azote, faible densité…).

Cœur noir (Black heart)

Le cœur noir se produit dans le cas d'un manque d'oxygène nécessaire à la respiration des tubercules. Il est lié à une mauvaise conservation ou à une période prolongée sans oxygène (frigo ou conteneur mal aéré) associée ou non à un stockage à la chaleur ou au contraire à des températures très basses.

Il est parfois associé à la présence de petites taches brunes déprimées en surface du tubercule, provoquées par l.phphyxie des tissus, en cas de renouvellement d'air insuffisant.

Noircissement interne (Black spot and bruise damage)

Le noircissement interne se caractérise par la présence de taches gris-bleu (taches cendrées), juste sous la peau des tubercules.
Cette coloration, due à la transformation de la tyrosine en mélanine, est provoquée par les endommagements du tubercule (les taches apparaissant 1 à 3 jours après la lésion) et est souvent associée à une compression des tissus sous-jacents. Le noircissement interne est favorisé par la sensibilité variétale, la teneur en matière sèche (récolte après une période sèche ou dessèchement en conservation), la manipulation des tubercules à des températures basses (moins de 10 °C) ou une fertilisation déséquilibrée.

Rosissement de la chair (Pinck discoloration of the flesh)

L'apparition d'une coloration rose à violacée de la chair, sous forme de marbrures, généralement localisées dans la moelle des tubercules, est un phénomène qui se rencontre sur certaines variétés, comme Roseval mais aussi des variétés à peau jaune (Record). Cette pigmentation, non toxique et due à des anthocyanes, est favorisée par différents facteurs :

  • la lumière : les tubercules situés près de la surface du sol sont plus atteints ;
  • l'alternance de nuits fraîches et de jours chauds ;
  • un sol sec ou riche en azote.

Verdissement (greening)

Le verdissement de la peau des tubercules est provoqué par la lumière qui permet la synthèse de chlorophylle mais aussi de substances alcaloïdes toxiques comme la solanine.

<< Retour à la liste des maladies